Pourquoi toutes ces bières belges ?

La Belgique compte un nombre infini de types de bières différentes. Il y a des styles de bières propre à chaque région, chaque province quand ce n'est pas tout simplement à chaque ville ou vallée.

 

Champ de bataille de l'€™Europe

La Belgique a été pendant des siècles le champ de bataille de l'€™Europe. Nous avons été envahis par les Bourguignons, les Autrichiens, les Hollandais, les Espagnols, les Prussiens et les Français (et plusieurs fois !) qui tous nous ont occupé à un moment de leurs histoires.
 
Contraints de subir la loi des envahisseurs, les Belges se sont insurgés contre toute autorité étrangère. Pour survivre, ils se sont repliés sur eux mêmes, en gardant secret leurs meilleurs atouts ... comme la fabrication de la bière et jamais ils n'€™ont cédés aux menaces.
 
C'€™est cette « résistance belge » qui explique qu'à travers le temps chaque ville et région belge a jalousement gardé et entretenus ses meilleures recettes de brassage.
 

La mosaïque belge

Les belges se sont aussi parfois inspirés de leurs encombrants visiteurs plus qu'€™ils n'ont été influencés par eux, ce qui contribua à enrichir les méthodes de brassage en usage.
 
En effet la Belgique ne s'€™est pas faite en un coup. Il suffit de regarder une carte des territoires belges au cours des siècles pour voir que notre pays se composait d'€™une mosaïque de terres très variée.
 
Par exemple, à la fin du 18ème siècle, peu avant que les armées de la révolution française nous envahissent, la Belgique était globalement sous domination autrichienne avec des enclaves hollandaises au nord, françaises au sud-ouest, prussiennes à l'€™ouest, le tout parsemé de territoires indépendants comme les villes de Liège, Spa, Malmedy et la région de Bouillon !
 
Ce patchwork de régions a eu pour effet que le belge a pu puiser son inspiration dans de multiples cultures et traditions pour enrichir la sienne : le Belge est un peuple ouvert sur le monde depuis fort longtemps.
 

Le dictat du houblon

Si les premiers brasseurs du moyen âge ajoutent à leur brassin pour corriger le goût fadasse de leur cervoise, un mélange d'€™épices appelé du gruit qu'€™ils achètent dans des herboristeries spécialisées, en 1364 l'empereur Charles IV d'Allemagne met fin à cette pratique. Désormais toutes les bières doivent être brassées par du houblon.
 
Et rebelote deux siècles plus tard en 1516 quand le duc Guillaume IV, électeur de Bavière  promulgue le « Décret sur la pureté de la bière » qui impose aussi l'emploi du houblon et interdit l'emploi des épices dans le brassage de la bière. Houblon dont par un curieux hasard la Bavière est un très important producteur.
 
Dans le duché du Brabant rattaché au Saint Empire l'utilisation d'épices dans la bière disparait. Mais comme on l'€™a vu, le pachtwork belge de l'€™époque fait qu'€™heureusement beaucoup de brasserie se situent dans des contrées qui ne doivent pas se soumettre au décret allemand, ce qui leur permet de continuer à utiliser librement les épices pour aromatiser leurs brassins.
 
Malgré ces vicissitudes, aucun pays ne s'est attaché aussi fidèlement à l'€™utilisation des épices, des herbes et des fruits dans le brassage de la bière que la Belgique et c'€™est sans doute une des grandes richesses des bières belges aujourd'€™hui.