Chaque mois, retrouvez dans votre box de bières une fiche information de notre série "Comprendre la Belgique et le Belge"

 
"La Belgique une fois" ne va pas se contenter de vous faire déguster les meilleures bières belges mais veut aussi vous faire goûter à la culture belge :
  • Qui sommes nous ?
  • Comment comprendre l'humour Belge ?
  • Est ce que vraiment le Belge est un obsédé de la frite ?
  • Et qui sont ces Flamands et ces Wallons ?

.... voilà quelques thèmes que retrouverez dans vos colis mensuel

Quelques extraits des fiches "Comprendre la Belgique et le Belge"

 

PETIT LEXIQUE POUR COMPRENDRE LE BELGE

Vidange

C'est la consigne du belge. Ramener les vidanges au supermarché du coin peut vous rapporter gros à 10c la bouteille.

Non peut-être !

On entre ici dans les subtilités du parler belge. "Non peut-être" veut dire oui. En quelque sorte c'est "peut-être es-tu assez sot pour croire que j'aurai pu dire non ?".

Tandis qu'à Bruxelles le "peut-être" sans non ou sans oui, veut dire "non" ; "un peu" signifie beaucoup et "oui sûrement", (en insistant lourdement sur le sûrement) veut aussi dire "non".

Ok c'est un peu compliqué... mais pour bien suivre toutes ces subtilités il faut se rappeler la définition de la femme du monde avec laquelle le parler belge trouve certaines similitudes. Quand une femme du monde dit "non", cela veut dire "peut-être" ; quand elle dit "peut-être" cela veut dire "oui" ; et quand elle dit "oui" ce n'est pas une femme du monde...

Pain français

C'est le parler belge pour dire une "baguette de pain". Ce belgicisme est à l'origine de nombreux quiproquos dans les boulangeries de l'hexagone où le vacancier belge, emporté par le naturel, demande du "pain français" à la boulangère et se voit répondre, sur un ton sec et offusqué qu'on puisse mettre en doute l'origine de ses produits, qu'évidemment le pain est cuit maison et est 100 % français" !!!!

"Chef un petit verre, on a soif"

Cette expression originale fait partie intégrante du parler belge. Jules Vanobbergen, un dessinateur publicitaire, disquaire et musicien connait une gloire médiatique d'une longévité sans précédent avec "des chansons d'ambiance" sous le pseudonyme du Grand Jojo. Plusieurs de ses tubes sont entrés dans la mémoire collective du belge. D'abord E viva Mexico créée à la suite du parcours fantastique de l'équipe nationale belge de foot (les Diables rouges) en 1986 à la Coupe du Monde au Mexique et surtout son titre "Chef, un petit verre, on a soif" qui est devenu "le" cri du belge assoiffé pour commander sa boisson favorite !!!

... la suite dans vos abonnements "La Belgique une fois"

LES BELGES CELEBRES

Le Belge de coluche

J'ai adoré Coluche. Putain de camion. Même si il a créé l'image du Belge con comme un manche. Mais comme le gars avait du talent, beaucoup de Français ont pris ses imitations comme argent comptant. Nous avons du ramé quelques décennies pour redresser la barre. Maintenant quand nous passons nos vacances en France, les passants ne s'esclaffent plus en voyant passer nos voitures avec nos plaques d'immatriculation belges surmontées de la couronne de Belgique.

Adolphe sax

Né en belgique en 1814, il est l'inventeur du saxophone. Très jeune il devient un maître de la clarinette à tel point qu'il est interdit de concours en Belgique. Il dépose de multiples brevets pour améliorer la clarinette. Son invention majeure est le saxophone qu'il voulait "Un instrument qui par le caractère de sa voix pût se rapprocher des instruments à cordes, mais qui possédait plus de force et d'intensité que ces derniers"
Il vient à Paris pour présenter ses instruments à Hector Berlioz et devant l'accueil élogieux réservé à sa création, il s'installe définitivement à Paris et terminera sa carrière comme directeur de la musique particulière de l'empereur Napoléon III.

Gérard Depardieu

Un des plus célèbres exilés fiscaux français (à moins que ce ne soit un exilé russe ?).

Les belges n'aiment pas trop ces exilés fiscaux : partout où ils passent les prix de l'immobilier attrapent le tournis et les petits belges ne savent plus rien acheter. En plus cela fait croire aux français que la Belgique est un paradis fiscal au même titre que les îles Caymans. Et quand on sait que la Belgique occupe le 2ème rang en Europe dans le classement des pays à la pression fiscale la plus élevée, cela nous fout les boules.

Johnny Halliday, Christine Ockrent...

Bon ici je fais un peu de la provoc !! C'est une manie du belge de chercher des racines belges chez certains français en vue. Chritine Ockrent est la fille d'un diplomate belge, Raymond Devos est né en Belgique et s'installe en France quand sa famille doit quitter le plat pays pour des raisons fiscales, Marguerite Yourcenar est née à Bruxelles, Johnny Halliday a un père belge (sur ce coup là les belges n'ont rien à revendiquer ; le père de Johnny était belge soit, mais le salaud l'a quand même vachement laissé tomber )

... la suite dans vos abonnements "La Belgique une fois"

La monarchie belge une fois

Vive la révolution

Les Belges sont décidément un peu spécial. Après avoir fait leur révolution en 1830, ils ont demandé qu'on leur attribue un roi (au contraire des Français qui ont fait la leur pour le chasser) !

En effet, "une fois" l'envahisseur hollandais chassé de notre pays, l'assemblée révolutionnaire choisit de faire de la Belgique une monarchie constitutionnelle et se mit en quête d'un roi. Plusieurs candidats pressentis déclinèrent poliment l'invitation; devenir roi de ce peuple de trublions ne passionnait guère de monde à l'époque.

Les belges proposèrent alors le job à Léopold de Saxe-Cobourg Gotha, que l'on pourrait qualifier avec le vocabulaire d'aujourd'hui de "monarque au chômage".

Roi au chômage

Léopold avait épousé la future reine d'Angleterre mais suite au décès inopiné de celle-ci en 1817, il se cherchait une nouvelle vocation, un nouveau job et, accessoirement, une nouvelle épouse.

Léopold qui n'avait plus de fonction officielle, voire de raison d'être à la cour du Royaume-Uni, continuait de toucher une sympathique rente du gouvernement britannique qui cependant, commençait à trouver qu'un tel hôte coûtait fort cher pour très peu d'utilité et donc, "on" le motiva à quitter le sol britannique.

D'abord il refuse le trône de Grèce aussi vacant. Trop loin. Puis Léopold reçoit la proposition des Belges. En homme prudent il accepte, à la condition que soient réglées les frontières et les dettes de la Belgique. Et il devient ainsi le premier d'une lignée de 7 rois qui vont écrire l'histoire de la Belgique.

Roi des Belges versus Roi de Belgique

Voilà pourquoi d'ailleurs et c'est un détail qui a toute son importance, on ne parle jamais chez nous du "Roi de Belgique" - comme on parle du "Roi de France" ou de la "Reine d'Angleterre" mais bien du "Roi des Belges".

C'est bien le peuple belge qui l'a désigné roi. Il ne possédait aucun droit divin ni aucune terre en Belgique qui aurait fait de lui le suzerain naturel des Belges. Il est le roi choisit par le peuple belge d'où son apostrophe de "Roi des Belges".

... la suite dans vos abonnements "La Belgique une fois"